Actualités‎ > ‎

INFO EXTRA ENTRAINEMENT!!

publié le 11 avr. 2020 à 07:31 par Dorys Langlois

Infolettre | Les premiers impacts de la crise sanitaire se font sentir sur le marché immobilier de Montréal

 

Voici une explication de la situation actuelle basée sur les statistiques du mois de mars.

 

Même si le mois de mars a été l’un des plus actifs de l’année, la pandémie de COVID-19 a contribué à un ralentissement certain dans la seconde moitié du mois à Montréal. Nous sommes en quarantaine depuis le 13 mars, et on voit maintenant que les effets se font ressentir depuis ce moment. Les vendeurs sont plus craintifs et attendent avant de mettre leur maison sur le marché (moins d’inscriptions), et les acheteurs aussi sont plus craintifs, ils se disent que les prix vont baisser et préfèrent attendre, ce qui se traduit en une chute des transactions. L’économiste de l’APCIQ prévoit aussi que les mois d’avril et de mai figureront parmi les moins actifs jamais enregistrés pour cette période de l’année.

 

Voici ci-dessous les statistiques pour Mars à Montréal :

 

 

(source : APCIQ)

 

Et au chapitre des prix, il y a eu une augmentation de +10% pour les unifamiliales, +16%  pour les copropriétés et +22% pour les plexs de 2 à 5 logements.

 

En résumé, « Si l’activité du marché de la revente a enregistré un certain ralentissement dans la région de Montréal en mars, l’accélération de la croissance des prix s’est maintenue dans un marché toujours extrêmement tendu accompagné d’une baisse importante des taux d’intérêt », fait remarquer Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « Le contexte que nous traversons aura au moins l’avantage de préserver Montréal d’un emballement à la hausse des prix, comme ce fut le cas dans d’autres marchés canadiens. Cela garantit aussi une plus grande stabilité des prix à moyen terme, en sortie de crise », ajoute-t-elle.

 

Donc, nous ne sommes pas dans un revirement de marché, nous sommes en pause! On prévoit que les prix seront plus stables et moins en hausse quand la crise va se terminer. De plus, les taux d’intérêt sont extrêmement bas. Je viens d’ailleurs de renouveler le miens effectif au 1er mai à 1.5%. Donc, je crois que ce sera un bon timing pour acheter compte tenu du marché très fort cette année. Les taux d’inoccupation sont plus bas que jamais (à environ 2%) et il y a eu beaucoup d’immigration internationale. Je suis la situation de près et je vais vous tenir informer dans mes infolettres. C’est une question de timing pour investir au bon moment.

 

J’espère que ces informations vous permettent de bien comprendre le marché et si vous avez des questions, n’hésitez-pas 😊.

 

A+

Ariane

 

Ariane Chénier-Gauthier, M.Sc.

Courtier immobilier résidentiel | Real Estate Broker

Intégrité, dévouement et professionnalisme. À l’écoute de vos besoins. Travaille dans votre intérêt.

C : 514-432-6175

E : ariane@kw.com

 

7893 St-Laurent Montréal, Québec H2R 1X1

 

Photo de Ariane Chénier-Gauthier.

Comments